À la découverte de l'Arabie saoudite

désert en arabie saouditeLe tourisme en Arabie saoudite, un grand potentiel confronté à des multiples obstacles. L'Arabie, cette terre mystérieuse, accueille des millions de pèlerins par an et pourtant c'est l'un des pays les plus fermé au monde aux touristes. À ces pieux visiteurs on n'autorise que la visite de la Mecque et la Médine, les deux premiers lieux saints de l'Islam. Et pourtant, le pays ne manque pas de potentiel touristique. Avec une diversité environnementale, culturelle et historique le royaume a de quoi concurrencer plein de contrées dont la renommée touristique est incontestable.

 

Bien sûr l'Arabie est connue pour son patrimoine musulman. Elle est également connue pour son vaste désert, aride mais plein de couleurs. Mais au bord de ce presque no man's land, on trouve des micro-climats moins rudes et dont le contraste est surprenant. Par exemple, les montagnes qui avoisinent parfois les 3000 mètres d'altitude, comme dans le sud, à la frontière avec le Yémen, avec des « grattes ciels » qui datent de plusieurs siècles déjà. Pour les amoureux de la plongée marine, le pays a le plus grand littoral sur la mer rouge. Sans oublier le nord avec ses villes mortes nabatéennes qui racontent l'histoire des premiers nomades arabes partis à la conquête du croissant fertile. Le nord témoignera aussi d'une histoire plus récente, sur les traces de Lawrence d'Arabie, tout en suivant le premier chemin de fer construit par les Ottomans pour relier la Médine à Istanbul.

L'Arabie a donc quoi offrir et émerveiller les touristes en quête de sensations et de découvertes mais ses portes restent fermées. Même les pèlerins n'ont pas le droit de sortir des sentiers sacrés d'Al hadj. Et si les autorités, à l'instar des Émirats voisins, pensent à ouvrir le pays au tourisme, une manière de préparer l'après pétrole, il reste néanmoins un obstacle difficile à franchir. Celui du caractère religieux du Royaume. À cette volonté d'ouverture aux touristes étrangers, s'opposent les religieux qui dominent encore et contrôlent la société saoudienne. Ils nourrissent la crainte de la population de voir le caractère sacré de leur pays atteint par l'arrivée des touristes « non-croyants ».

Arabie saoudite - Lonely planetLe caractère religieux de la société saoudienne n'est pas le seul obstacle pour ouvrir les portes aux touristes. Il y a aussi la manque de l'infrastructure nécessaire. Cette infrastructure est en grande partie concentrée sur les lieux saints. Ailleurs, dans les endroits à fort potentiel touristique, les choses sont très différentes, quasiment pas de restaurants, très peu d'hôtels. Selon les traditions saoudiennes, les rares touristes locaux ou arabes préfèrent de loin louer des appartements privés. Même quand on trouve un restaurant, on est vite confronté aux lois du pays: évidement pas d'alcool, mais dans un restaurant ou dans un hôtel, il y a une stricte séparation entre les hommes et les femmes. Les couples doivent prouver qu'ils sont mariés.

Les touristes qui souhaitent se rendre sur les terres de l'Arabie se rendront vite compte de la difficulté d'obtenir un visa. Souvent, l'obtention de ces visas est réglementée et confiée à des agences de voyage, avec un stricte contrôle de la durée et la destination à l'intérieur du pays.

Actuellement, les autorités étudient la possibilité d'assouplir les règles, notamment pour permettre dans un premier temps aux pèlerins de visiter d'autres lieux que les lieux de pèlerinage. Elles planifient d'encourager la construction de l'infrastructure hôtelière nécessaire et d'organiser des événements touristiques dans certains endroits du pays comme dans le sud. Il s'agit par exemple d'organiser des foires, des cirques ou des festivals à caractère culturel ou musical pour mettre en valeur le patrimoine des régions concernées. Mais l'obstacle risque de persister avec l'opposition des dignitaires religieux.

Photo : Pedronet.