Shalom Arshav a trente ans

la paix maintenant, peace now, Shalom Arshav a trente ansLe mouvement israélien Shalom Arshav (La Paix Maintenant) a été fondé il y a juste 30 ans. Tout a commencé par une lettre adressée par 348 officiers israéliens au Premier Ministre de l'époque Menahem Begin…




Trente ans après sa création, Shalom Arshav a marqué son anniversaire en plantant une grande tente blanche sur la place centrale de Tel-Aviv, le lieu des grandes manifestations en Israël, mais aussi le lieu où Itzhak Rabin a été assassiné en 1995. Mais l'atmosphère n’était pas à la fête, car la paix avec les Palestiniens semble encore lointaine.

Pour l'occasion, une autre tente abritait également sur la même place, une série d’affiches montrant l’histoire de Shalom Arshav, depuis sa fondation en 1978 par des officiers de réserve jusqu’aujourd’hui.

Dans cette lettre, les officiers témoignent de leur inquiétude de voir un gouvernement israélien préférer "exister dans les frontières du Grand Israël plutôt qu’exister en paix avec ses voisins". Ils s'inquiétaient également de voir les colonies dépasser la "ligne verte" au déprimant d'un règlement du conflit et de la normalisation des relations avec les voisins arabes. Ils dénonçaient une politique qui provoquerait la perpétuation de la domination d’un million d’Arabes et qui porterait atteinte au caractère démocratique de l’Etat d'Israël.

A l’époque où le mouvement Shalom Arshav fut fondé, les négociations avec l’OLP et la création d’un Etat palestinien à côté d’Israël étaient encore considérées par de nombreux Israéliens comme des idées extrémistes. Pendant les décennies qui ont suivi, le pays est resté divisé entre ceux qui sont prêts à renoncer à la plus grande partie des territoires conquis en 1967 et ceux qui ne le sont pas. Toutefois, depuis quelques années, le consensus a changé de camp, et les sondages indiquent qu’une majorité d’Israéliens sont prêts à un accord d’échange de la terre contre la paix. Cela dit, de nombreux Israéliens doutent aussi du fait que les Palestiniens appliqueraient réellement cet accord éventuel, en partie à cause de l’influence grandissante du Hamas, qui souhaite toujours la destruction d’Israël.

Yariv Oppenheimer, secrétaire général de Shalom Arshav, note que l’expansion des colonies s’est poursuivie sans discontinuer depuis 30 ans. Aujourd’hui, quelque 450.000 Israéliens vivent sur des territoires revendiqués par les Palestiniens, et il deviendra de plus en plus difficile de créer un Etat palestinien : "Nous avons eu quelques résultats, et les colons en ont eu beaucoup, mais sans Shalom Arshav, je pense que la Cisjordanie serait dans un état encore pire que celui dans lequel elle est aujourd’hui."

Depuis quelques années, Shalom Arshav surveille l’expansion des colonies et publie fréquemment des rapports. "Shalom Arshav veut céder la patrie juive historique à l’ennemi, ce qui fait d’eux des traîtres qui nous plantent un poignard dans le dos", dit un colon présent au meeting. Un autre représentant de colons ajoute : "Le résultat de tout cela (rendre les territoires colonisés) n’est pas la paix maintenant mais la guerre maintenant, une guerre terroriste de bien plus grande ampleur qu’auparavant."

Sufyan Abou Zaydeh, ancien ministre palestinien, était lui aussi présent au meeting de mardi. Il est d’accord pour reconnaître que les attitudes ont changé depuis 30 ans mais il ajoute : "Malheureusement, les problèmes demeurent toujours les mêmes problèmes."

Source : Ha’aretz, Via La Paix Maintenant.

Voir aussi le site PeaceNow.

{moscomment}