Faire des affaires avec l’Arabie Saoudite, mode d’emploi à la chinoise

Métro à la Mecque en Arabie saouditeL’Arabie saoudite est une terre pleine de mystères. Et en affaires, approcher ses marchés n’est pas à la portée des toutes les entreprises occidentales. Surtout si ces entreprises veulent opérer dans les lieux saints comme la Mecque. En effet, la législation locale interdit à tout non-musulman d’entrer dans le premier lieu saint de l’Islam. Que faire alors ? La Chine a trouve la solution qui est la sienne.

Tout le monde sait combien la Chine cherche à gagner de nouveaux marchés dans le monde. Ainsi, on voit son influence économique s’étendre sur le continent africain au détriment des autres puissances mondiales. Mais la Chine s’intéresse également au Moyen-Orient. Elle s'y emploie avec un tel effort, rien que pour gagner une présence jadis réservée aux Américains notamment en Arabie saoudite.  Autrement dit, elle est prête à tout.

Dans un article publié dans « The Economist », et qui relate les relations commerciales entre la Chine et le royaume wahhabite, on voit comment la compagnie chinoise China Railway Construction a pu investir 600 millions dollars pour offrir une ligne de métro reliant la Mecque et les lieux saints de Mina et du Mont Arafat. Une partie de la ligne devait être mise en service pour la saison de Hadj de cette année.

Petit bémol, cette compagnie a, semble-t-il, fait appel à des ouvriers chinois pour construire la ligne ferroviaire. Mais si La Mecque est une zone interdite aux non-musulmans, comment les Chinois ont pu faire pour y parvenir ? Le journaliste a la réponse : « la Chine a tout simplement converti des centaines de travailleurs chinois de la compagnie à l’Islam ».

De plus, cette conversion collective est également citée dans un journal émirati Gulfnews qui parle de 600 ouvriers de la compagnie chinoise convertis au démarrage du projet en 2009 ; et en 24 heures seulement. Décidément, la foi fervente a touché les coeurs à une telle vitesse. Réactivité des Chinois pour séduire les saoudiens, diraient certains, mais visiblement la Chine est prête à tout pour gagner des marchés, surtout quand il s’agit d’une terre riche de mystères, enfin plutôt quand il s'agit d'une terre riche en pétrole. On peut être pour ou contre, mais ce que l’on peut espérer c'est que ces ouvriers n’étaient pas forcés de se convertir pour pouvoir travailler. Tout un mystère, enfin presque.