Dubaï à la recherche d’ingénieurs français

Dubaï à la recherche d’ingénieurs françaisTravailler à Dubaï, faut-il y aller ou pas ? Quels sont les secteurs qui recrutent le plus ? Et les salaires dans tout ça ? Entretien avec Philippe Duport, journaliste au magazine Courrier Cadres, réalisé par Emmanuel Langlois (France Info)...





L’image de Dubai, ce sont les flèches des grues qui donnent l’heure aux habitants là-bas, tout un symbole ?
Ces flèches de grue sont au sommet de la future plus haute tour du monde, la "Burj Dubai", dont on ne connait pas encore la hauteur, elle est jalousement gardée secrète par ses constructeurs puisqu’ils ne veulent pas se faire dépasser. Dubai, c’est à l’image de ces grues qui dominent cette tour, c’est un chantier permanent, c’est très impressionnant, c’est une construction effrénée.

Est-ce qu’il faut y aller ? Est-ce qu’un Français a encore une place à se faire là-bas ?
Bien sûr qu’il y a des places pour les Français, mais les places sont chères. Et comme dans d’autres pays, on ne peut pas y aller sac au dos ou valise à la main et puis dire on va passer trois mois à chercher du travail, et puis on trouvera bien. Parce que c’est vrai que si on passe trois mois à chercher du travail, on trouvera, mais le coût de la vie est prohibitif, il est extrêmement cher et si on va à Dubai pour chercher du travail, il faut avoir très bien préparé son affaire depuis la France.

Il y a les salaires, mais il y a aussi les aides financières que proposent les entreprises, ce qu’on appelle les allocations ?
Les salaires, en effet, sont vraiment à la hauteur du développement de Dubai, on peut vivre dans de très bonnes conditions. Et les entreprises savent bien que le coût de la vie est prohibitif à Dubai et donc accordent des allocations à leurs employés, même s’ils ne sont pas dans un statut d’expatrié pur et dur, c’est-à-dire envoyé par le siège de leur société avec tout ce qui va avec, tous les avantages qu’on connaît bien. Là-bas quand on travaille en contrat local, on a à peu près les mêmes allocations pour la maison, pour l’éducation des enfants, pour la santé, pour la voiture parfois, c’est très intéressant.

Et les secteurs qui recrutent ?
Là-bas, on m’a dit "si vous connaissez des ingénieurs, vous me les envoyez !". Les ingénieurs en électricité, en assainissement d’eau, tout ce qui concerne la construction, alors ça vraiment les Français n’ont vraiment aucun problème pour trouver du travail là-bas. Et puis, les autres domaines qui se développent beaucoup, c’est la santé, ce sont les hautes technologies (ce qu’on appelle les "IT"), ce sont également les ressources humaines. On brasse tellement de nouveaux arrivants qu’on a besoin de spécialistes en ressources humaines.

Par contre, il ne faut pas ménager sa peine. Ce sont des semaines de 50/60 heures.
On travaille beaucoup là-bas, les salaires sont à la mesure du temps passé au travail. Et puis c’est vrai que c’est un style de vie particulier. Dubai n’est pas le modèle mondial pour le respect des droits de l’homme. Beaucoup de Français sont assez choqués par le traitement qui est réservé aux ouvriers du bâtiment, qui viennent d’Inde ou du Pakistan, qui gagnent 100 à 150 dollars par mois, et qui travaillent souvent par 50° à l’ombre ou au soleil.

Entretien réalisé par Emmanuel Langlois dans l'émission Français du monde (France Info).
Voir aussi le site du journal Courrier Cadres.
Photo :findmeapropertyindubai.com
{moscomment}