Première usine de voitures électriques en Israël

renault-nissan voitures électriques Les voitures électriques comme les téléphones portables. C'est en tout cas l'ambition de la société israélienne "Project Better Place" qui vient de signer un contrat avec le constructeur automobile français Renault-Nissan. Israël sera ainsi le premier pays au Moyen-Orient à opter pour la voiture électrique à une aussi grande échelle.



Renault-Nissan vient de signer un accord de collaboration pour un montant de 150 millions euros avec la société israélienne "Project Better Place" en vue de coproduire et de commercialiser la voiture électrique dans le pays.

Première usine de voitures électriques en Israël

Selon les termes de l'accord, Renault-Nissan fournirait les batteries au lithium-ion via l'expertise de société spécialisée Nec. La firme française affirme que les performances de la nouvelle voiture seraient équivalentes à celles d'une Berline classique dotée d'un moteur à essence à 1.6.

Pour la marque française, ce projet va être le début de la distribution en grande série d'un véhicule à zéro émission de CO2. Objectif : vendre entre 10000 et 20000 voitures de ce type par an en Israël. A noter que le marché automobile israélien représente autour de 200 000 voitures par an. Le taux de pénétration serait donc d'environs 10%.

Pour sa part, la société israélienne "Project Better Place" s'engage à mettre en place un réseau de 500000 bornes de recharge nécessaires à la voiture électrique ainsi qu'un service d'échange de batteries dans tout le pays. Elle mettra aussi un modèle économique inspiré du modèle de la téléphonie mobile, à savoir un système d'abonnement qui inclura l'utilisation de la batterie, facturée au kilomètre parcouru. Le coût total sera de 60 euros environs par mois et par voiture.


Le projet jouit du soutien des hautes autorités du pays. Le Premier ministre, Ehoud Olmert, a déjà fait savoir en novembre dernier que le pays était intéressé à développer les énergies alternatives afin de réduire la dépendance d'Israël en pétrole.

Si le début de la commercialisation est prévu pour 2011, le gouvernement israélien prévoit néanmoins des incitations fiscales jusqu'en 2019. Pour ce faire, une loi a déjà été votée pour abaisser à 30% la fiscalité pour l'achat de tout véhicule zéro-émission telles que les voitures électriques.

Voir le communiqué de presse de Renault-Nissan.

Project Better Place.

{moscomment}