Caramel de Nadine Labaki

caramel,filmSélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, le film Caramel de Sikar Banet est une œuvre libanaise en langue arabe très sensuelle. Sorti en France le 15 aout 2007 dans plus de 250 salles, le film est comme une véritable consécration inattendue pour Nadine Labaki, actrice et réalisatrice qui signe là son premier long-métrage.

Synopsis :
À Beyrouth, cinq femmes se croisent régulièrement dans un institut de beauté, microcosme coloré et sensuel où plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient. Layale aime Rabih, mais Rabih est marié. Nisrine est musulmane et son mariage prochain pose problème : elle n’est plus vierge. Rima est tourmentée par son attirance pour les femmes et vit au rythme des visites d’une belle cliente aux cheveux longs. Jamale refuse de vieillir. Rose a sacrifié sa vie pour s’occuper de sa sœur âgée. Au salon, les hommes, le sexe et la maternité sont au cœur de leurs conversations intimes et libérées, entre coupes de cheveux et épilation au caramel.

C’est parce que la femme libanaise (ou orientale) ne parvient pas à trouver son équilibre ou qu’elle craint le regard des autres qu’elle tombe souvent dans les excès. Les contradictions qui l’animent et les mille questionnements qu’elle affronte et qui sont un véritable obstacle à son épanouissement intriguaient la réalisatrice. Cette dernière se considère comme une femme libérée, même si elle se trouve souvent confrontée au lourd poids de la double culture au Liban. C’est à partir de cette idée maîtresse qu'elle a voulu faire sa première œuvre. Une sorte d’hommage à la femme libanaise.

Quoi de mieux alors que le cadre d’un institut de beauté, où la femme se love dans son siège et se livre aux mains travailleuses qui vont prendre soin d’elle, pour dépeindre cette recherche d’identité ?

Caramel peut sembler un film de femmes pour les femmes, mais c’est surtout et avant tout un film d’atmosphère. Par l’entrebâillement des portes, par les fenêtres ouvertes ou closes que filme la jeune réalisatrice, sur fond de lumière caramélisée et de musique signée Khaled Mouzannar, l’ambiance d’un Beyrouth cosmopolite et oriental, coloré et kitsch, chaleureux et troublant y est reproduite.

Sortie en salles le 15 août 2007

Voir aussi le site officiel du film : Caramel